Critique de I Am a Knife with Legs

Un film de
Bennet Jones
Sortie
2 avril 2021
Diffusion

Le cinéma peut être une exploration permanente. De film en film, on peut repousser les limites de notre imagination, chercher constamment la nouveauté et l’originalité. Du cinéma du monde aux formes expérimentales, le champ des possibles est toujours ouvert et Outbuster a toujours été un bon allié dans cette exploration. La plateforme de VOD dédiée au cinéma indépendant propose de nombreux films des quatre coins du globe, tous relativement uniques, bizarres ou au moins intéressants. Aujourd’hui, nous y découvrons I Am a Knife With Legs, une comédie américaine complètement délirante. Nous avons également eu la chance d’échanger avec le réalisateur, scénariste, acteur principal, monteur et bien d’autres du film, Bennett Jones ; un entretien à paraître bientôt sur Toile Obscure.

Mais pour l’heure il est question de I Am a Knife With Legs, un film de 2014 qui a connu de nombreux succès en festival avant d’atterrir le 2 avril 2020 sur Outbuster pour le public français. Une comédie musicale et animée, absurde et pleine d’action traitant du deuil, de la paranoïa, de l’amitié, etc.

Bené, une star internationale d’europop et son manager Beefy se réfugient à Los Angeles pour échapper à une fatwa lancée contre lui après que sa petite amie se soit tuée lors d’un attentat-suicide.

Il est bizarre cet éclair…

I Am a Knife with Legs fonctionne entièrement par sa propre logique. Il crée un univers où l’absurde est la norme, où tout est possible et acceptable. Le film s’ouvre sur une séquence sommairement animée avec des dessins rappelant le style de Picasso, où Béné raconte son parcours de vie et les événements tragiques qui l’ont mené jusqu’ici. C’est une introduction parfaite au ton du film, enchaînant les clichés parodiques (comme son grand amour, une française nommée Baguette) et les plus pures absurdités et contresens. Tout au long du film, personne ne soulignera jamais le ridicule des situations. Tout semble parfaitement premier degré, même si tout est clairement en désordre.

En plus de cet univers fou renforcé par des costumes étranges et des intrigues farfelues, l’écriture du film rajoute une couche de non-sens assumé. Les discussions décousues entre Béné et Beefy, son agent et garde du corps, sont des bijoux de petites phrases absurdes, à inversion des valeurs et à comique de répétition. Il faut aussi mentionner les séquences musicales. La chanson qui donne son titre au film, accompagnée de son clip animé, synthétise parfaitement l’écriture du long-métrage : des couches successives qui forment un ensemble accidentellement cohérent.

Mais toute cette comédie lourde et omniprésente cache en réalité une certaine mélancolie dans le chagrin insurmontable de Béné suite à la perte de sa femme Baguette. Là, le film est freiné par l’interprétation guindée et ironique de Bennet Jones en Béné. I Am a Knife With Legs ne s’embarrasse d’aucune subtilité, et sa radicale ironie se met en travers d’une véritable sincérité. Mais l’arrivée de quelques sentiments durs, même péniblement exprimés, reste touchante et bienvenue.

Un couteau avec des jambes qui peut voler

Enfin, il faut évoquer le montage, qui n’est pas non plus en reste ! Mêlant les séquences animées et les clips musicaux avec une surprenante fluidité, il apporte au film son rythme soutenu. Dans le traitement de l’image, Bennet Jones ne s’interdit rien, et c’est encore pour le meilleur et pour le pire… Il reste que là aussi, aucune règle ne tient vraiment. Les scènes de dialogues sont pleines de raccords dans l’axe et de séquences délirantes proches des vidéos virales les plus grossières. Cette liberté formelle fait que tout peut arriver n’importe quand, et c’est aussi ce qui maintient en haleine.

En fait, I Am a Knife With Legs est comme un film narré par un enfant. Une histoire délirante et confuse, des sentiments bruts exprimés maladroitement, des gribouillages partout, une immaturité flagrante… Mais il a donc la spontanéité, l’imagination et la liberté des jeux et des dessins d’enfants. On peut lui reprocher d’être trop exubérant, de seulement essayer d’être aléatoire mais ce serait injuste.

I Am a Knife With Legs est un assemblage d’idées folles, de concepts et de personnages hauts en couleurs. Il est impossible d’en détacher les yeux, dans l’attente de la prochaine proposition de montage ou de la prochaine réplique hallucinée. Mais ce dispositif empêche la sincérité de s’installer, remplacée par une spontanéité moins mature. Finalement, même si le résultat impressionne et amuse, tout ne prend pas et la soupe peut être indigeste. Il reste une proposition intéressante et originale, que nous aurons le plaisir d’explorer plus en profondeur dans notre entretien à venir avec Bennet Jones qui nous en apprendra plus à ce sujet !

I Am a Knife With Legs est disponible depuis le 2 avril sur Outbuster.

3.5
Afficher les commentaires (0)
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Latest Reviews